Quand les hipsters de droite remercient l’Orient d’avoir exterminé par la peste la moitié de l’Europe

De quoi parle ce blanc ? De la peste noire apportée par les orientaux. Oui. Celle qui a exterminé entre un tiers et la moitié des blancs, faisant entre 25 et 40 millions de morts en 4 ans. Non, vous ne rêvez pas.

Les blancs, la seule race qui s’excuse d’avoir civilisé le monde et remercie une autre de l’avoir génocidée par la Peste

Ceci est un phénomène unique au monde, qu’on ne trouve que chez les blancs. Faites donc vos cinq prières par jour en direction de l’Est pour remercier l’Orient d’avoir béni notre race en daignant lui transmettre la précieuse Peste noire qui a sauvé l’Europe blanche ! MERCI !

C’est la suite logique du commentaire ci-dessus. Les blancs en sont au point de dire que perdre entre un tiers et la moitié de la population de tout un continent, soit des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, ça a « sauvé l’Europe » ?!

Comment appellerait-on une guerre biologique de cette ampleur, nous qui chialons en gros gauchistes dès que quelques enfants arabes sont tués par des armes chimiques plus ou moins bidon en Syrie ou en Palestine ?

Remercier des non-européens pour une maladie grave qui a tué des millions d’Européens est a priori d’un degré d’ethnomasochisme encore jamais atteint.

Le plus ridicule est que si quelqu’un sortait le même raisonnement pour des non-européens, mettons « Les blancs ont bien fait de donner des couvertures contaminées aux Indiens parce que [remplacez par un pinaillage de votre choix] », là tout le monde se mettrait à hurler.

Même quand on parle timidement des apports civilisationnels incontestables comme lors de la colonisation de l’Afrique sauvage ou désertique, les gens hurleraient et crieraient aux heures les plus sombres de notre Histoire. La constante, pour avoir l’air intellectuel dans un milieu de blanc, qu’il soit de gauche ou de droite, c’est de toujours taper sur le blanc.

Des constructions de pure masturbation intellectuelle par des désœuvrés mentaux qui cherchent à briller

Le salut ne viendra pas des hipsters de droite passionnés d’Histoire, j’ai pu voir de nombreux exemples de cette folie, même chez les plus engagés dans le nationalisme. Mais jusque là, j’étais juste habitué à la mauvaise foi de ceux qui tentent de ridiculiser la bataille de Poitiers en expliquant par divers sophisme qu’elle n’aurait pas existé, et que l’armée de 25 000 arabes n’était pas une armée de conquête, qu’ils étaient venus en paix pour piller quelques villages seulement et ce genre de drôleries qui réconcilient les étudiants en Histoire de droite, la gauche et les islamistes.

Je ne crois pas qu’il s’agisse uniquement d’un ethnomasochisme mal digéré. Je pense surtout que c’est un autre tort de notre race, bien plus répandu : l’ultra-compétitivité du blanc. Ce genre de constructions intellectuelles sans une once de décence, c’est le jeu du « le saviez-vous » : le vainqueur est celui qui sort le montage intellectualiste et sourcé le plus paradoxal, le plus absurde. C’est en fait juste un moyen de se faire valoir individuellement au lieu de défendre une civilisation.

L’Histoire est un procès, pas un dîner mondain entre bourgeoises poudrées

Les passionnés d’Histoire et autres futurs historiens devraient tous être les avocats de notre civilisation. Ou bien assumer clairement leurs intentions. Car c’est comme lors d’un procès : si l’avocat de la civilisation européenne est le seul qui s’amuse à marquer des buts dans son camp, et à clasher son client, c’est ce dernier qui va perdre le procès. Quand vous vous efforcez de lutter contre notre cause par des raisonnements alambiqués, vous ne vous approchez pas de la vérité. Vous vous en éloignez. Si on trouvait la vérité en ne défendant aucune vision et en restant tous parfaitement objectifs, il n’y aurait pas d’avocat lors des procès.

L’Histoire, c’est comme un procès : il y a des lobbies qui veulent imposer leur vision, toujours. Le seul lobby quasi-inexistant c’est le lobby pro-blanc. Il faut donc défendre une vision sans trop tortiller du cul. Qu’on sache qui est qui, et qui veut quoi. On se passerait très bien de tous ces blancs isolés qui écrivent des livres en se touchant pour prouver qu’ils ont la théorie la plus bizarre. Quand vous cherchez du paradoxal, vous allez quasiment tout le temps frapper sur les blancs. Car le plus évident, le plus vraisemblable, le plus admis instinctivement par tous, qu’ils vomissent cette idée ou non, c’est que la civilisation occidentale est supérieure aux autres.

Conclusion

Le blanc isolé préfère se faire mousser et briller individuellement l’espace de quelques secondes, ou quelques années s’il écrit un livre, plutôt que servir l’Occident en évitant juste de dire des inepties. Cela devrait convaincre n’importe qui de normal que la gloire de salon personnelle est un désir vain que tout le monde devrait retirer de ses aspirations.

Ceux qui ne sont pas d’accord avec mes propos n’ont qu’à aller à Orléans retrouver leur Jeanne d’Awc du Bénin 😉

Longue vie à l’Occident.

Yann Merkado